Nouvelles technologies, Jeux vidéo, Cinéma, Blu-ray…
Logo horizontal

Test Disgaea : Afternoon of Darkness - PSP

Disgaea : Hour of Darkness a ravi tous les amateurs de jeux de rôle possédant une PlayStation 2. Fort de ce constat, Nippon Ichi a décidé d’adapter le titre sur PlayStation Portable. Le remake répond au doux nom de Disgaea : Afternoon of Darkness et va tenter de s’imposer comme un indispensable que tous les joueurs nomades doivent emporter avec eux lors de leurs déplacements. Pari réussi ? Les héros réussissent-ils toujours à charmer des joueurs qui ont pu s’essayer à l’opus originel il y a de cela trois ans et demi ?

Dialogue boxes combat

Haine, déshonneur et dévastation

Laharl, le fils du roi des démons, se réveille après deux longues années d’un sommeil mérité. C’est alors qu’il se retrouve face à Etna, une petite diablesse des plus charmantes, qui lui apprend que son père est mort. Quelle tragédie, celui-ci vient de louper deux années de sa vie ! Alors que le jeu vient à peine de se lancer, on décroche déjà un sourire. En plus de proposer un fil scénaristique soutenu, cohérent, passionnant et riche en rebondissements, le titre enrobe le tout d’une bonne dose d’humour qui ne laissera personne indifférent. C’est fin, parfois subtil et ça se déguste sans fin. Par contre, pour comprendre toutes les subtilités des dialogues, il est nécessaire de maîtriser un minimum la langue de Shakespeare, sans quoi il sera difficile de réfléchir aux quelques messages que tentent de nous faire passer les développeurs. Ceux qui passeront outre ce détail découvriront une aventure accrocheuse rythmée par des affrontements, des dialogues et quelques cinématiques permettant de dévoiler un peu plus la personnalité de chaque personnage (quel est le pire : le démon ou l’ange ?). Le tout s’enchaîne bien sans jamais tomber dans la caricature et permet d’introduire des phases mettant bien en avant tous les aspects d’un RPG tactique.

Des combos, des combos et encore des combos !

Le genre a de quoi rebuter tous les néophytes qui pensent qu’ils seront perdus dès les premières secondes de jeu. Pour éviter cela, Nippon Ichi a eu l’excellente idée de proposer un tutorial complet qui enseigne petit à petit comment se déplacer sur la carte, comment tirer profit des géo-symboles, comment se servir des fonctions lift et throw pour déplacer un adversaire gênant ou envoyer un équipier sur une zone jusqu’alors inaccessible, comment utiliser les coups spéciaux et comment faire pour survivre dans le monde de Netherworld. C’est déjà bien complet et ça ne laisse entrevoir que quelques possibilités parmi tant d’autres. Revenons d’ailleurs succinctement sur les géo-symboles qui sont des pierres pyramidales de couleur qui confèrent certains pouvoirs aux alliés ou ennemis se trouvant sur les cases de même couleur (le terrain étant découpé en plusieurs cases à l’image d’un damier). Si cet artifice peut avantager le joueur ou l’I.A., il faut reconnaître que son utilisation est à double tranchant puisqu’en détruire une au bon endroit permet d’infliger des dégâts à tous les personnages se trouvant sur des cases aux couleurs correspondantes. Autant dire que lorsqu’il y a plusieurs pierres de ce genre aux différents effets, il devient possible, en réfléchissant bien à un plan d’approche machiavélique, de disséminer les troupes adverses en seulement quelques coups.

Pour les autres, il reste toujours la possibilité de faire du level-up pour augmenter les caractéristiques des personnages de son unité, gagner de l’argent et ainsi acheter moult armes, protections et autres objets indispensables à la survie. Rajoutez en plus la possibilité de vous créer plusieurs personnages, pour leur attribuer des compétences différentes afin de faire front à toutes les situations, et de leur faire passer des examens pour augmenter une fois de plus vos caractéristiques et vous obtenez un titre des plus complets au gameplay irréprochable. Même lorsqu’on parcourt un niveau, il est possible de mettre plusieurs de ses héros côte à côte pour asséner diverses combinaisons encore plus dévastatrices. Ceux qui ne sont pas tout à fait comblés peuvent même faire appel aux pouvoirs spéciaux de chacun qui, après quelques utilisations, gagnent en niveau pour accroître leurs effets. Les amateurs du genre ne pourront qu’adorer le concept. La preuve, ils risquent bien de rester plusieurs dizaines d’heures, PSP en main, pour tenter de terminer le titre et ainsi débloquer un mode spécial dédié à Etna. Imaginez que celle-ci ait réussi à tuer l’Overlord (Laharl) et qu’elle contrôle les enfers. Tout bonnement excellent.

faces neige cercle

Trop mignon !

Il faut bien l’avouer, le character design est exceptionnel, les héros (Laharl, Etna, ses pingouins démoniaques et Flonne) sont tous plus charismatiques les uns que les autres et les boss sont stylés. A cela il faut rajouter vingt-cinq pistes audio entraînantes et des voix japonaises et anglaises de très bonne facture qui collent parfaitement aux personnages. Au final, il en ressort un univers à première vue niais qui est bien plus mature qu’il n’y paraît. Cependant tout n’est pas parfait puisque, même si la 3D isométrique fait son petit effet, elle n’est en rien exceptionnelle. Certes cela rend mieux sur PSP que sur PS2, mais certains plus attachés aux effets visuels en tout genre et autres prouesses graphiques seront déçus, surtout que l’aliasing est lui aussi de la partie. Reste que l’univers est tellement mignon que l’on ne peut que tomber sous le charme et se laisser porter tout au long de l’aventure.

Conclusion

Disgaea : Afternoon of Darkness est un RPG tactique des plus convaincants qui offre un scénario cohérent, un gameplay irréprochable et un univers enchanteur. Même s’il est nécessaire d’avoir quelques notions en anglais pour réellement en profiter, le titre de Nippon Ichi est bel et bien un indispensable que tous fans du genre se doivent de posséder, là où les néophytes se doivent de l’essayer. Difficile de résister à son charme dévastateur et à son humour ravageur. Certes, dans le fond il ne s’agit que d’un simple remake d’un jeu qui a déjà quelques années, mais sur PlayStation Portable, le titre semble déjà plus fin et globalement plus beau. Certains diront que cela ne suffit pas et que graphiquement le soft accuse le coup, mais le tout est tellement mignon, coloré et enchanteur que ces quelques détails visuels seront rapidement oubliés. Ce Disgaea est donc un indispensable et il serait criminel de ne pas céder à la tentation.

Génération v2


Facebook Twitter Google

Joues pour de vrai


Logo ICI

Ca c'est un site qui permet de gagner de l'argent à Fifa, PES, COD, TitanFall et même SC2.

Enjoy.